Développement des compétences interculturelles

Compétences interculturelles

Le ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration (MIFI) a mandaté le GEDCIQ pour mettre en place le Projet de développement des compétences interculturelles (PDCI), afin de concevoir, élaborer, mettre en place et réaliser les programmes nécessaires pour que les professionnels, les gestionnaires et les intervenants de divers secteurs acquièrent progressivement les compétences interculturelles pertinentes à leurs activités.

Le contexte

À l'automne 2019, le gouvernement du Québec a entrepris de mettre en place les moyens nécessaires pour mieux répondre aux besoins d'une population de plus en plus culturellement diversifiée.

Dans une société diversifiée comme le Québec, l’acquisition de compétences interculturelles permet de renforcer les liens de confiance et de solidarité entre des personnes de diverses origines, facilite la communication dans un espace de partage culturel et permet l'accès à l'enrichissement que constitue la diversité ethnoculturelle. Ces compétences sont aussi devenues une nécessité pour éviter que les pratiques des institutions publiques créent de nouvelles incompréhensions, de nouvelles tensions, voire de nouvelles exclusions sur la base d’identités ethnoculturelles. Le manque de compétences interculturelles augmente les risques d'erreurs et peut ainsi contribuer à accroître le coût des interventions publiques. Cela peut même fragiliser la confiance des citoyens et des citoyennes à l’égard des institutions publiques.

Le projet

Le PDCI consiste à concevoir, élaborer, mettre en place et réaliser les projets et programmes nécessaires pour que les professionnels, les gestionnaires et les intervenants de divers secteurs acquièrent progressivement les compétences interculturelles pertinentes à leurs activités. Il constitue le premier pas d'une démarche plus large visant à combler des lacunes majeures en ces matières au Québec, notamment en ce qui a trait à l'absence de pédagogies plus adaptées aux réalités sectorielles permettant l'autonomie des professionnels plutôt que le besoin récurrent de formations externes.

La phase 1 du projet a été réalisée au cours de la dernière année, soit l'identification des besoins et des conditions à réunir pour la réalisation des projets pilotes. Des publics cibles ont été identifiés et rejoints avec le soutien du MIFI. Le choix a porté sur des lieux de concentration de la diversité ethnoculturelle que sont les agglomérations de Laval, Longueuil et Montréal et sur des professions du secteur public engagées en première ligne dans des rapports soutenus et variés avec la population (ambulanciers, bibliothécaires, agents correctionnels, policiers, pompiers premiers répondants, agents des bureaux de Services Québec). 

Au cours de cette phase et grâce à l'encadrement scientifique par l'Université TÉLUQ, il fut possible de réaliser les groupes de discussion avec les organismes visés, -Urgences-santé, le Service de la police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), le Service de la Police de Laval (SPL), le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Services Québec, la BAnQ et les bibliothèques des villes participantes-, de produire le bilan de leurs besoins sectoriels en matière de compétences interculturelles, de construire une stratégie pédagogique pour le développement des compétences interculturelles tout au long de la vie en milieu professionnel, de développer la philosophie d'intervention pour la phase 2 (projets pilotes) et la phase 3 (implantation et consolidation des formations interculturelles). L'impact du projet est en quelque sorte pyramidal:

  • La phase 1 a permis de rejoindre les responsables des organismes visés et leurs 85 professionnels participants (39 F et 46 H) dont une minorité provenant de la diversité ethnoculturelle.
  • La phase 2 va s'élargir à des groupes pilotes dans chacun des organismes visés.
  • La phase 3 vise l'implantation graduelle à l'ensemble des professionnels des organismes visés.

Ce projet s’inscrit donc dans une démarche continue, ambitieuse, mais aussi complexe, parce qu'elle s'inscrit dans les réalités propres à chacun des secteurs. À terme, elle permettra de doter le Québec d'institutions et de professionnels aussi efficaces que solidaires dans le contexte d'une diversité ethnoculturelle croissante.

Les documents de référence produits dans le cadre du projet 

Rapport de recherche sur le développement des compétences interculturelles 

Fascicules sectoriels extraits du Rapport de recherche Traits d'union : compétences interculturelles en action

Documents complémentaires sur le développement des compétences interculturelles